Et celui-là est fait de papier, comme les marionnettes de Christophe. On le regarde, on s'extasie. Tout le portrait de son père ! Il y a aussi la peur de blesser l'heureux papa. "C'est bien toi !". Eh oui. C'est bien moi. Les angoisses commencent. Les espoirs, aussi. Que va-t il faire quand il sera grand ? Et d'abord, sera-t-il grand un jour ? Un enfant, je vous dis.